Interview de Hoya pour Marie Claire : “J’aimerais avoir le droit de faire mes propres choix”

Dreamings

Ce n’est pas le rêve de Hoya d’INFINITE mais du chanteur et acteur Lee Howon.

Es-tu du genre à être à te sentir à l’aise pendant les interviews ?

Oui et je les apprécie car ce sont des moments où je peux dire ce que je pense. Comme j’ai rarement l’occasion de me livrer avec sincérité, si ce n’est dans un contexte alcoolisé, ça me plaît de pouvoir ainsi livrer mes pensées.

Tu te tiendras sur la scène d’une comédie musicale pour la première fois pour « Hourglass ». C’est la première fois de ta vie que tu participes à une comédie musicale.

Le domaine de la comédie musicale n’était pas vraiment un de mes rêves. J’y avais seulement pensé en passant. Répéter une scène pendant des heures, être sur scène pendant une à deux heures avec plusieurs personnes, nos respirations synchronisées, l’idée avait un certain charme et je me disais que j’aimerais bien tenter l’expérience un jour. Pendant ce temps-là je recevais plusieurs propositions de rôle dans des comédies musicales mais je les refusais toutes. Ce n’était pas que l’œuvre ne me plaisait pas mais que mon envie de revenir avec un album était trop forte. Puis j’ai vu « Hourglass » et l’œuvre m’a touché au cœur. J’ai le rôle de Jae Hee qui était joué par l’acteur Lee Jeong Jae dans le drama original. L’œuvre m’était familière car le drama est assez connu et le fait que ce soit une création originale m’a encore plus emballé. J’ai aussi aimé les chansons de la comédie musicale. Évidemment je ressentais beaucoup de pression parce que je n’avais jamais joué la comédie de cette façon mais ça a aussi renforcé mon envie de réussir ce challenge. Au final j’ai donné le meilleur de moi-même pendant les répétitions et rien que le fait de me tenir sur scène aux côtés des comédien.ne.s plus expérimenté.e.s et de pouvoir les écouter chanter en live me rend très heureux. Rien qu’en les écoutant j’ai l’impression que mes capacités en chant et ma technique de vocalisation s’améliorent aussi.

Tu dois avoir rencontré des difficultés en te préparant pour tes débuts sur scène.

Étant donné que cette comédie musicale est une création originale, il est arrivé que des lignes de dialogue ou des scènes que j’avais répété aient été changées. Il ne reste qu’un mois avant la première représentation mais j’ai toujours en tête le fait que rien n’est figé. D’ailleurs quand je me rends sur le lieu de tournage du drama « Two Cops », que nous filmons en ce moment, et que j’en parle à mes collègues plus expérimentés, tous me disent que tout va bien se passer. Jeong Seok (Jo Jeong Seok, NDLR) me dit ça aussi et tout.e.s les acteur.ice.s expérimenté.e.s qui ont longtemps été dans le monde du théâtre me disent que tout ce temps les a fait gagner en expérience.

Son Dongwoon du groupe HIGHLIGHT et l’acteur Kim San Ho ont aussi été choisis pour le même rôle que le tien, c’est un « triple casting ». Te sens-tu en compétition avec eux ?

Au début je pensais que je devais l’être. Mais à force de répéter ensemble et de manger nos trois repas par jour tous les trois, nous avons fini par forger notre personnage ensemble. Nous nous donnons des conseils les uns aux autres, si l’un de nous a une question il sait qu’il peut se tourner vers les deux autres et nous étudions ainsi ensemble notre personnage.

J’ai été surprise d’apprendre que tu souhaitais faire ton comeback avec un album. Je pensais que c’était pour la comédie que tu avais le plus d’intérêt.

C’est ce que me disent beaucoup de personnes. Il y a aussi eu beaucoup d’articles qui formulaient les choses de cette façon. Mais pour moi la musique prime avant toute chose. J’ai voulu faire du R&B depuis mes 16 ans. Au début de l’année je réfléchissais à ce que je voulais faire et j’ai écrit sur une feuille ce que je voulais absolument continuer à faire même si je devais abandonner tout le reste. J’effaçais puis recommençais jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une seule chose sur la liste. Le résultat était : « Faire la musique que je veux et la partager avec les fans ». Après tout, le premier pas est le plus important. Mais la réalité m’a offert toutes sortes de difficultés dans la réalisation de ce rêve. J’éprouve une profonde sympathie pour le personnage de Jae Hee dont je joue le rôle dans « Hourglass » car, comme moi, malgré qu’il ait tout abandonné il tient à protéger une dernière chose. Je pense que c’est ce qui m’a le plus attiré chez ce personnage.

Il y a eu beaucoup de bouleversements et ta période d’inactivité a été longue. N’y a-t-il pas eu des moments où tu t’es senti seul et inquiet ?

J’étais la plupart du temps chez moi mais j’ai regardé beaucoup de films et lu beaucoup de livres. Malgré le manque de temps je voulais apprendre à travers de livres comment faire preuve de sagesse. J’ai aussi lu le livre « Cholatse » qui compile les récits de personnes ayant escaladé l’Everest et chaque jour je lisais 10 pages du recueil de sages paroles « L’histoire que j’aimerais entendre 365 ». Il y avait aussi des jours où je me mettais à lire dès le réveil. Plus je lisais plus j’avais une attitude positive. C’est ainsi qu’après avoir passé mon temps à lire des livres et regarder des films j’ai commencé à travailler sur ma musique. Un jour j’ai envoyé un message à un artiste que j’apprécie via les réseaux sociaux. Puis un matin, vers 1 heure du matin peut être ? Vers 2 heures du matin j’ai reçu une réponse et une heure après on se rencontrait tous les deux. Au départ nous étions chacun un peu sur nos gardes mais comme nos goûts musicaux sont similaires la communication est bien passée. Pour la première fois j’avais l’impression de retrouver un second souffle. Avant ça je commençais à travailler sur ma musique après m’être fixé un but spécifique en tête mais à ce moment-là je me suis permis de me dire purement et simplement « Et si je faisais ce dont j’ai envie ? » et cette envie a grandi.

Tout cela a passé et ce que tu fais aujourd’hui est bien devenu réalité. Malgré tout, as-tu toujours des moments d’inquiétudes ?

Il y a 3 semaines je n’étais vraiment pas bien d’un point de vue physique. Je dormais environ une à deux heures par nuit tout en continuant mes activités le jour et j’ai attrapé plusieurs stomatites qui semblaient ne pas vouloir guérir. Comme mon corps n’allait pas bien, mon mental a aussi suivi. Je n’arrivais pas à me ressaisir et je n’arrêtais pas de me demander « Mais qu’est-ce que je suis en train de faire ? ». C’était devenu difficile de continuer à maintenir mon rythme de vie qui consistait à aller aux répétitions pour la comédie musicale, écrire des chansons, répéter mes chorégraphies et me rendre au tournage du drama. Et donc un jour je suis rentré chez moi et j’y ai réfléchit. J’avais passé ces derniers mois déprimé parce que je ne savais plus quoi faire de ma vie et ne trouvais pas de réponse et maintenant que j’avais beaucoup de travail je me plaignais d’avoir trop mal ? Après mettre remis les idées en place j’ai réalisé que j’étais heureux d’avoir pu avoir cette nouvelle opportunité. Il est évident que comparé à la période où je pensais ne plus jamais pouvoir revoir les fans et où je ne savais pas si je pourrais un jour remonter sur scène, la situation présente où j’ai du travail est la plus heureuse. Parce que je peux faire ce que j’aime avec le sourire.

« Two Cops » sera aussi bientôt diffusé.

Dans le drama, Jeong Seok (Jo Jeong Seok, NDLR) est un inspecteur de police qui se fait posséder par un esprit. Il doit résoudre une affaire tout en cohabitant avec un esprit qui prend le contrôle de son corps la moitié du temps. Moi je joue le rôle de l’inspecteur de police qui est le partenaire du personnage que joue Jeong Seok et qui lui voue un immense respect. Un jeune inspecteur de la police criminelle qui aime son partenaire presque autant qu’un fan. D’ailleurs en vérité je suis aussi fan de Jeong Seok. (rires) Dans le drama je suis l’exemple de mon partenaire pour bien résoudre l’affaire mais dans la vraie vie aussi je le respecte et apprend beaucoup de lui. Je ne l’oublierai jamais.

On dirait que ton personnage sera beaucoup plus léger que ceux de tes précédents rôles.

Il est très différents des personnages que j’ai joué jusqu’à présent. J’ai été pris pour le rôle deux jours avant la réunion de lecture du script de « Two Cops ». Avant de passer l’audition on m’a expliqué le rôle en me disant que c’était un personnage très enjoué, positif et innocent. Je trouvais que ce personnage était très différent de moi mais le directeur de mon agence m’a dit qu’il était exactement comme moi. A début je me suis dit que je devais me créer une nouvelle personnalité complètement différente de la mienne. Quand je me suis rendu à l’audition j’étais tellement stressé que je l’ai complètement raté. Comme c’était un grand changement pour moi, beaucoup de personnes autour de moi m’ont dit qu’elles craignaient qu’il me soit difficile d’être pris pour un autre rôle et c’est peut-être ce qui m’a encore plus fait perdre confiance en moi. Quand j’ai entendu cela je me suis dit que même si je ne pouvais plus jamais jouer la comédie ce n’était pas grave et je me suis prodigué des mots de réconfort à moi-même. Quand je suis allé passer l’audition finale j’étais très nerveux parce que je voulais me prouver que je pouvais réussir. Je pensais avoir raté l’audition mais on m’a contacté et on m’a donné ma chance. Avant de passer l’audition j’avais marché dans le parc de Yeouido en récitant mon texte très fort. J’avais tout mis de côté pour pouvoir passer l’audition et j’ai été content du résultat.

Tu as dit que même si tu devais tout abandonner, tu ne pourrais jamais mettre de côté ta musique. Mais au final tu as aussi pu continuer à jouer la comédie. Y a-t-il autre chose que tu ne souhaites pas abandonner à l’avenir ?

À l’avenir j’aimerais avoir le droit de faire mes propres choix. Je chéri aussi énormément les moments que j’ai vécu jusqu’à maintenant mais j’aimerais être au cœur des prises de décisions et faire mes propres choix concernant mon avenir et mes rêves pour le futur.

À quoi ressemblerai un avenir dont tu aurais décidé ?

Ça me plairait qu’il ressemble à ma vie actuelle. Un futur où j’essayerais de faire des choses qui me paraissent à première vue impossible et finalement d’y arriver. Et ce serait encore plus parfait si je pouvais travailler avec le sourire en compagnie de personnes gentilles et avec qui je me sentirais à l’aise.

Es-tu du genre à prendre des risques lorsque tu dois faire un choix ?

Je suis très peureux dans les situations les plus banales. Mais bizarrement quand je me retrouve face à une situation dangereuse j’ai du courage. À 17 ans j’ai arrêté le lycée parce que je voulais faire de la musique. Je n’avais jamais pris de cours de danse et encore moins de cours de chant. Personne dans mon entourage ne m’y avait encouragé en me disant « Tu peux le faire ». Je me suis lancé aveuglément en me disant « Je vais le faire ».

Tes parents devaient être dans tous leurs états.

C’est vrai. (rires) Mais au final j’ai réussi. Malgré que beaucoup de personnes s’y soient opposé, en me voyant si décidé elles devaient se dire que je n’avais peur de rien.

Ceci est une interview pour le numéro de Décembre de « Marie Claire ». Quand tu repenseras à cette année, quel souvenir en garderas-tu ?

Pour moi ce sera l’année où je suis passé par toutes les émotions qu’une personne ressent habituellement au cours d’une vie entière. L’année où j’ai vécu des hauts et des bas tout en ressentant toute la palette des émotions humaines. L’année prochaine je veux réaliser les rêves dont j’ai rêvé jusqu’à présent.

Penses-tu que ce soit possible ?

Je suis toujours confiant. (rires) J’y arriverai.

Crédits :
– Source : Marie Claire Korea
– Trad. KR/FR © Dobu @ French Invasion

Leave a Reply